Liebster Jesu

Durée du programme

Environ 90 minutes

équipe : 17 musiciens

  • Les Muffatti
  • Caroline Weynants (soprano), Tomáš Král (baryton)

direction artistique

Les Muffatti

Contact

Les Muffatti

Adi Chesson
General Manager
+ 32 2 503 27 33
adi@lesmuffatti.be
www.lesmuffatti.be

Johann Sebastian BACH, Liebster Jesu, mein Verlangen (BWV 32), Ouverture n° 3 pour orchestre (BWV 1068a)
Johann Christoph GRAUPNER, Wo willst du hin betrübte Seele (GWV 1155/09A), Concerto pour hautbois d’amour ou hautbois (GWV 302, 313 ou 324)

Liebster Jesu, mein Verlangen BWV 32 fait partie du troisième cycle de cantates écrites par Johann Sebastian Bach à Leipzig (1726). Comme nombre d’œuvres depuis le début du XVIIe siècle, elle revêt la forme très populaire d’un dialogus entre la voix du christ et l’Âme.

Le premier air de cette cantate, véritable mouvement lent de concerto pour hautbois, est d’une beauté exceptionnelle. Le dialogue, qui reprend et paraphrase le récit de Jésus au Temple, est introduit par trois interventions solistes ; ce n’est que dans la deuxième partie de la cantate que les deux personnages se donnent la réplique. Les thèmes de l’abandon de Dieu et de sa consolation sont mis en tension tout au long de la cantate.

Les textes de Georg Christian Lehms, le librettiste, ont été utilisés près d’une dizaine de fois par Bach. Poète de cour et surtout bibliothécaire à la cour de Darmstadt, il écrivit un grand nombre de textes de cantates pour le compositeur le plus important attaché à celle-ci, Johann Christoph Graupner. Parmi les 1400 cantates de sa main que nous avons conservées (ce qui constitue un record absolu), Wo willst du hin betrübte Seele (1709) semble faire idéalement écho à celle de Bach, que ce soit en termes d’effectif, exactement le même, ou de forme narrative (ici aussi, Jésus et l’Âme sont en dialogue).

Enfin, un concerto pour hautbois de Graupner et la troisième suite pour orchestre de Bach, dans sa version probablement originale pour cordes seules, viennent offrir un écrin à ces deux cantates.